Ce service, adapté à la prise en charge des patients atteints de maladies d'Alzheimer ou démences apparentées, permet aussi d'aider les familles souvent épuisées ou absentes.

Présentation

Ouverte le 7 janvier 2009, l'Unité Cognitivo-Comportementale de 10 lits du Château de la Motte à Marchiennes a une particularité : il s'agit de la première unité de ce type en France pour le secteur privé à but lucratif. L’hospitalisation peut-être soit programmée, soit décidée dans un contexte d’urgence.

Les critères d’admission concernent des patients présentant les caractéristiques suivantes :

  • mobilité (patient valide),
  • agressivité,
  • troubles du comportement productifs,
  • agitation,
  • troubles de sommeil.

L'innovation réside dans la continuité de la prise en charge de ces patients difficiles, en assurant le devenir du patient quand les aidants, épuisés ou absents, ne sont plus en mesure de le faire.

La prise en charge du patient s'articule d'abord autour d'un projet thérapeutique, porté par les intervenants de l'équipe pluridisciplinaire, spécialisée et formée aux pathologies démentielles : médecins, infirmiers, aides-soignantes, psychomotricien, ergothérapeute, kinésithérapeute, psychologue, assistante sociale, orthophoniste…

 

 

Les objectifs :

L'unité Cognitivo-comportementale doit concilier sécurité et liberté de déambulation dans la structure, mais aussi permettre un accès et une relation privilégiée avec la famille, afin de développer un projet de vie.

Les objectifs sont :

  • diminuer la Durée Moyenne de Séjour dans les services de soins aigus,
  • prévenir les complications et prendre en charge les comorbidités,
  • disposer d'un bilan d'évaluation gériatrique,
  • préserver l'autonomie (par des activités occupationnelles notamment),
  • organiser le "meilleur" retour au domicile avec les aidants et la famille.

 

Technicité et moyens mobilisés

Il existe un espace de déambulation avec fléchage au sol, barre de déambulation, magnétoscope et téléviseur, des mains courantes y sont disposées en périphérie.Le secteur possède des vitres sécurisées et une serrure électrique (avec gâche codée pour la fermeture de l’espace). Le code est affiché à l’extérieur pour les familles. L’ensemble des fenêtres sont renforcées en terme de bris de glace (verre stadip avec film plastique). Chaque fenêtre sécurisée est oscillo-battante. Une fois introduit dans cette unité, la production d'une luminosité constante est effectuée par une cellule électrique, qui donne un gradient de lumière permettant de maintenir entre 300 et 400 lux. Des cellules infrarouges captent la nuit, si besoin, la déambulation des patients et déclenchent aussitôt l’éclairement du couloir. Le matériel électrique est sécurisé (les boutons et prises sont de type antivandalisme). Il n’existe pas de gaine technique électrique facilement démontable, les éclairages sont en hauteur afin d’éviter les risques éventuels par maniement électrique. Au niveau du couloir, des mains courantes facilitent la déambulation, et des repères visuels ont été mis en place sur le sol permettant un éventuel parcours de marche. Différentes gravures anciennes agrémentent l’espace.

L’espace clos est rafraichi, permettant aux personnes désorientées de bénéficier d’une régulation de température adaptée à leur état en cas de besoin, particulièrement en période estivale.

Une vidéosurveillance installée permet au personnel central de pouvoir avoir une vision directe de l’espace couloir et de déambulation, et d’intervenir en cas de problème. Au sein du service est installé un local infirmière qui permet d’avoir un espace fermé pour les dossiers médicaux, le chariot d’urgence et les plaquettes de médicaments. La sécurité incendie a été étudiée : fermeture de la crémone "pompiers" par une porte équipée d’un barillet à l’organigramme des infirmières, déverrouillage automatique de la fermeture de l’espace en cas d'incendie, ascenseur et escalier de secours jouxtant l’unité.

L’unité bénéficie de circulations suffisamment larges, d’1,60 mètres minimum jusqu’à 3,30 mètres au niveau des dégagements, pour permettre le croisement de deux personnes munies d’un fauteuil roulant.

L’ensemble des chambres et cabinets de toilette sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.L’unité a été conçu : tant en décoration que dans l’ensemble de l’équipement afin d'offrir un environnement agréable et sécurisé. Il a été privilégié des teintes pastels non agressives. Les portes de chambre de la même couleur que la chambre favorisent les repères visuels. Elles s’ouvrent dans le couloir et non pas à l’intérieur des chambres afin qu’en cas de chute derrière la porte, le personnel puisse intervenir sans difficulté. L’unité bénéficie de son intégration au sein de l'établissement de soins de suite qui comprend :

  • un vaste plateau technique rafraichi d’une surface de 300m² avec différents moyens techniques comprenant un bureau des kinésithérapeutes de 15m² et de 3 box de traitement individuel de 9m² chacun, permettant dans certains cas (rééducation urologique par exemple) de préserver l’intimité.
  • un vaste espace d’ergothérapie d’une surface de 50m² dont le bureau de l’ergothérapeute de 7m², existe permettant différents ateliers.
  • un jardin thérapeutique a été mis en place permettant aux patients de l’unité cognitivo-comportemental en perte de repère de retrouver les senteurs avec un parcours aromatique, de cueillir quelques fruits au niveau du potager, de goûter quelques fraises et framboises de saison dans les bacs prévus à cet effet.

Par sécurité pour le personnel, est mis en place un système d’appel malade avec des portables DECT. Le personnel qui répond à l’appel intervient en mettant sa fiche de désactivation codée permettant une traçabilité informatique, l’appel étant affiché sur un portable. En cas de problème, le personnel en place peut appeler son collègue qui possède également un DECT. Parmi les lieux communs existants dans l’établissement (bibliothèque, jeux calmes…) un grand parc est conçu pour les personnes à mobilité réduite (arbres à tiges hautes). La zone est protégée de l'espace aérien et dispose de fermetures, permettant au site d'être entièrement clos. Le parc peut devenir selon la saison un lieu de découverte, un jardin thérapeutique, le contact avec les pigeons en dehors de tout contexte épidémique n’est qu’un élément favorisant. Un chat domestique séjourne habituellement dans le parc permettant de limiter les rongeurs pouvant être nuisibles aux pigeons, mais cela amène quiétude chez les patients désorientés.

128, Allée Saint-Roch
B.P. 85 - 59402 CAMBRAI CEDEX
Tél. : 03 27 73 00 00 Fax : 03 27 73 00 99
Mail : contact@clinique-saint-roch.fr

48, Chemin de la Motte
59870 MARCHIENNES
Tél. : 03 27 99 57 57 Fax : 03 27 99 57 99
Mail : contact@clinique-saint-roch.fr

440, rue Pierre Nève
59723 DENAIN
Tél. : 03 27 32 55 55 Fax : 03 27 32 55 99
Mail : contact@clinique-saint-roch.fr