Décembre 2012 - Environnement & Energie Magazine 

 

Ce magazine réservé aux professionnels et spécialisé dans les technologies vertes et énergies renouvelables, mettait en avant quelques établissements hospitaliers engagés en cette fin d'année 2012. Eclairage, chauffage, appareils médicaux, chambres de stérilisation... Les hôpitaux sont des gouffres énergétiques. Une prise de conscience emerge sur la nécessité de d'y réduire les consommations. A confort égal, bien entendu. La clinique Saint Roch et son écogymnase ont été pris en exemple parmi les établissements les plus impliqués (Cf interview du Dr Cliche ci-dessous).

 

gym2Par une chaude journée d'été, le ministre des affaires sociales, Marisol Touraine, a déclaré qu'elle comptait faire appel aux ressources du grand emprunt à hauteur de 6 milliards d'euros pour financer des projets immobiliers dans le secteur hospitalier. Ce jour là, le comité développement durable (C2DS) saisit la perche pour réclamer la création d'un "fonds de rénovation énergétique des hôpitaux" (Fresh) alimenté par cet argent. C'est qu'il y a urgence : les hôpitaux furent parmi les détenteurs du patrimoine bati les plus énergivores, et leur facture énergétique ne cesse de grimper. Le C2DS assène deux chiffres vertigineux : une consommation moyenne de 450kwh/m2 (la classe G de l'étiquette énergie, neuf fois la RT 2012) et un besoin d'investissement de 30 milliards d'euros pour rénover quelques 100 millions de m2 au sens du grenelle de l'environnement. Véronique Molières, cofondatrice du C2DS, évoque un premier frein : "les hôpitaux réalisent un chiffre d'affaire sur la base d'actes tarifés par la sécurité sociale. Ils ne sont pas maîtres de leur budgets, lesquels sont décidés une années sur l'autre. Difficile dans ces conditions de lancer un plan d'investissement pluriannuel dont les effets se font sentir au bout de sept ou dix ans, expose-t'elle. C'est dommage car le secteur hospitalier se doit d'être exemplaire et emploi des personnes qui ont le souci de se montrer vertueuses." Témoins, les dernières journées d'études des ingenieurs hospitaliers Français en juin, organisées sur le thème du développement durable. Budgétairement, les hôpitaux naviguent moins à vue qu'autrefois, mais l'argument reste valable , tant certains établissements sont en déficit. Deuxième frein : la règlementation. Malgré la promesse pour 2011 d'un arrêté transposant aux hôtels, hôpitaux et commerces, la RT 2012 exclut encore le secteur hospitalier. "Une bonne chose car en l'état, cette réduction est inopérable pour les hôpitaux disposant d'un  plateau technique (bloc opératoire, stérilisation...). note le C2DS, qui milite pour soumettre le parc hospitalier à la norme, mais hors plateau technique.

Faute de RT, les quelques intiatives du secteur s'accrochent à des labels : HQE, THPE. C'est le cas du nouveau centre hospitalier d'Orléans qui doit ouvrir dnas trois ans. Sa construction, décidée en 2006 (donc à l'époque de la RT 2005), s'effectue dans le cadre d'une démarche HQE, avec Indigo comme assistant à la maîtrise d'ouvrage, et s'est accroché en cours de route au référentiel HQE bâtiments de santé 2008. "cetype de chantier dure presque 10 ans. Nous ne voulions pas nous lancer dans un bâtiment qui serait obsolète dès son ouverture raconte, raconte Artus Paty, Directeur des travaux et de la maintenance de l'hôpital actuel. Nous visons une performance énergétique 20% supérieure à la RT 2005. La RT 2012 nous parait inatteignable, car un hôpital tourne 24h sur 24, jour et nuit. On oublie souvent que pour un patient fragile, en chemise de nuit, il ne faut pas une température de 19°c mais de 23°c !" L'actuel site d ela source qui sera démoli, troquera malgré tout ses modestes 600kWh/m2/an contre un tout petit 150 kWh. Avec des économies à la clé : "Si le nouvel hôpital se contentait de la RT 2005 et nonpas d'être 20% meilleur, nous y laisserions un million d'euros de facture énergétique supplémentaire chaque année", a calculé Artus Paty. Le nouveau site produira la moitié de son eau chaude sanitaire avec des panneaux solaires. Il sera raccordé au réseau de chaleur urbain alimenté à la biomasse, avec en prime des pompes à chaleur géothermiques. Les énergies renouvelables commencent en effet à percer dans les établissements de santé. Solaire, biomasse et géothermie sont au programme dans les hôpitaux de Metz, Angers, Marseille, et surtout Alès, où l'énergie fait l'objet d'un contrat public privé avec Dalkia. Mais le gros du travail réside dans le bâti. Le Centre hospitalier des Quatre-villes à Sèvres (92), a ainsi placé l'énergie au centre de son projet de rénovation. Cet établissement quadragénaire a parié sur une isolation thermique par l'extérieur, dans le but de "réduire ses dépenses énergétiques de moitié". Les 4,2 millions d'euros de travaux comprennent aussi une végétalisation des terrasses pour abaisser la température lors des périodes de chaleur. Comme partout, c'est au niveau des investissements que le bât blesse. Mais pour alléger les frais, il y a les certificats d'économie d'énergie (CEE). Le centre de ressources technologiques Nobatek porte ainsi le projet RenHospi, lauréat d'un appel à projets ministériel pour identifier les gisements d'économies d'énergie à l'hôpital et les convertir en CEE. Le cabinet de conseil Lillois Polver a franchi le pas : il monte des dossiers de CEE propres au secteur. "C'est notre manière de soigner qui est toxicomane à l'énergie, pas le soin lui même" résumait Marc Broucqsault, président d'Altao, autre cabinet conseil spécialisé dans les professions de santé, sur le dernier salon Hôpital Expo.

En préalable à toute rénovation énergétique, il y a biensûr le diagnostic. Les hôpitaux y viennnent en particulier dans le cadre d'un projet de certification ISO 14001, comme la clinique Pasteur de Toulouse. Ou dans le cadre d'un bilan carbone comme au CHU de Lille. Mais ils peuvent s'y mettre aussi à l'occasion d'un audit financier, à l'image du groupe générale de santé, premier exploitant de cliniques avec 110 établissements. "Ce client souhaitait éplucher les contrats de ses fournisseurs. Il en est venu à construire un système de management énergétique pour avoir une photographie de qui consomme quoi,  à quel moment. Nous avons instrumenté chaque noeux de consommation, installé des compteurs communicants et proposé un indicateur, le kilowattheure par lit" raconte Pierre-Olivier Bessol, directeur d'Ubigreen, le prestataire retenu. Les cliniques pourront ainsi mesurer instantanément l'impact d'une action correctrice. "Des petites astuces comme l'affichage  des consignes de températures par zone, l'isolation des canalisations, un éclairage naturel, l'arrêt du fonctionnement de chaudières en redondance, peuvent générer des économies de 10 à 15%" détaille Pierre Olivier Bessol. la palme revient à cet hôpital espagnol : constatant que dans leur chambre, les patients s'endormaient souvent devant la télévision, il a doté les téléviseurs de minuteries !

Guillaume Maincent.

 


 

 

dr_clicheL'expérience de Joël Cliche

Président de la clinique Saint Roch de Cambrai

"Un espace de rééducation BBC"

"Nous avons réalisé une extension de l'établissement dans l'optique d'être proche du standard bâtiment passif. Nous avons ainsi bâti un gymnase de rééducation fonctionnelle qui va être certifié BBC, grâce à un chauffage géothermique, un éclairage photovoltaïque et une eau chaude sanitaire produite par des panneaux solaires. La pope à chaleur géothermique dessert aussi notre espace de balnothérapie et un nouveau bâtiment de consultations, en attendant l'intégralité du site qui sera bardé avec une isolation extérieure. Ce qui nous a surpris au départ, c'est le côté passoire du bâtiment existant ! Nous avons sollicité des subventions, de l'Europe et de l'Ademe, qui atteigent 30 à 40% des surcoûts. Ainsi le coût résiduel du solaire thermique sera amorti sur quatre à cinq ans. Pour l'éclairage, le passage aux LEDS a divisé la puissance souscrite par quatre, et autorise un retour sur investissement sur un an et demi". 

 


 

 

SourceEnvironnement & Energie Magazine - n°12 - Décembre 2012 

128, Allée Saint-Roch
B.P. 85 - 59402 CAMBRAI CEDEX
Tél. : 03 27 73 00 00 Fax : 03 27 73 00 99
Mail : sec.direction@clinique-saint-roch.fr

48, Chemin de la Motte
59870 MARCHIENNES
Tél. : 03 27 99 57 57 Fax : 03 27 99 57 99
Mail : sec.direction@clinique-saint-roch.fr

440, rue Pierre Nève
59723 DENAIN
Tél. : 03 27 32 55 55 Fax : 03 27 32 55 99
Mail : sec.direction@clinique-saint-roch.fr